Romain Migus: Hola, hola, ahora mismo en el Caribe es la temporada de lluvias, hay un ciclón que está a punto de pasar sobre Cuba, está lloviendo en Honduras, pero es un verdadero huracán mediático que está rompiendo sobre otro país centroamericano; sobre Nicaragua.

Todos los medios de comunicación, no importa en qué parte del mundo te encuentres, denuncian una feroz dictadura en la que se encarcela a los opositores. A Ortega lo retratan como un feroz dictador.

El 7 de noviembre hay elecciones en Nicaragua; para hablar de ello, estamos con Maurice Lemoine, periodista especializado en América Latina, ex director de Le Monde Diplomatique.

Romain Migus: Maurice, ¿cómo estás?

Maurice Lemoine: estoy bien

Romain Migus: pero es perfecto, escucha tu voz, es muy discordante, acabas de escribir un artículo que se llama "Vuelan los hipócritas sobre Nicaragua" donde explicas un poco el contexto de lo que pasa en Nicaragua, es un artículo muy denso con muchas referencias, que apareció en el sitio web Mémoire des luttes.

Obviamente recomendamos a todos los que vean este vídeo que vayan a leer el artículo, es un artículo bastante largo, intentaremos explicar a la gente que no conoce Nicaragua, lo que está pasando en ese país, y cuál es el contexto político que ha favorecido esta campaña mediática.

Maurice Lemoine: Entonces hay que volver a lo básico, que es la relación de Nicaragua con Estados Unidos, recordemos que el Frente Sandinista de Liberación Nacional en 1979 derrocó a la dictadura de Somoza, que fue apoyada por Estados Unidos, y durante una docena de años sufrió una guerra feroz dirigida por Estados Unidos, que financió, organizó y entrenó a lo que llamamos la contra. Cuando en 1990 los sandinistas perdieron el poder y lo devolvieron democráticamente a la derecha en la persona de Violeta de Chamorro y luego en 2007 volvió al poder Daniel Ortega, que está en el poder desde entonces y como usted dijo habrá elecciones en noviembre próximo.

Los sandinistas siempre han sido vistos muy negativamente por Washington, recordemos que durante el gobierno de Trump, John Bolton, el Asesor de Seguridad Nacional definió la troika de la tiranía que era Cuba, Venezuela Nicaragua, así que los Estados Unidos ya sea bajo Reagan, bajo Bush, bajo todos los presidentes que hemos visto que se suceden, y ahora Trump y Biden hacen una guerra digamos no convencional contra Nicaragua y Venezuela.

Así que esta guerra no convencional es menos espectacular y menos visible, recordamos lo que ocurrió en los años 80 cuando había bandas armadas que atacaban a Nicaragua desde las fronteras de Honduras y Costa Rica; ahora está ocurriendo a través de otros medios, en particular, a través de la financiación de la oposición nicaragüense, a través de sus fundaciones, a través de las ONG, a través de sus medios de comunicación Los principales actores de esta guerra no convencional son la Agencia de Estados Unidos para el Desarrollo Internacional, conocida como USAID, la Fundación Nueva Democracia, la NED, que fue creada en 1983 por Ronald Reagan para sustituir a la CIA en la organización de acciones no armadas, es decir, por agresión; luego están el Instituto Nacional Demócrata y el Instituto Republicano Internacional, que dependen del Congreso de Estados Unidos, y luego toda una serie de organizaciones de think tanks, etc, como la Freedom House y la Open Society de George Soros, etc.

¿Cuál es su objetivo? Es crear, es financiar, es formar y es controlar e instrumentalizar las instituciones de algo que ahora se ha convertido en mítico, que es la sociedad civil, es decir, los sindicatos, los partidos, las instituciones académicas o profesionales y, sobre todo, la prensa y las ONG.

Eso significa, por ejemplo, que en Nicaragua, entre 2010 y 2020, la USAID tenía previsto transferir a la derecha la asombrosa suma de 68 millones de dólares, si se considera el pequeño país de Nicaragua, para desacreditar al gobierno, tanto en el interior como en el exterior. Todo el tiempo nos encontramos con mecanismos que conocemos bien, cuando trabajamos en Venezuela, lo conoces tan bien como yo, o en Ecuador o en Bolivia, el objetivo es desprestigiar al gobierno, formar nuevos líderes, y luego crear una masa crítica de opositores y luego se encuentran completamente por casualidad,en 2018, hubo una crisis muy grave en Nicaragua, con varios meses de enfrentamientos que mataron a 220 personas, y así completamente por casualidad, dos años antes del levantamiento espontáneo de 2018, la USAID añadió ocho millones de dólares, por lo que la contribución total de la USAID a la desestabilización de Nicaragua fue de 76 millones de dólares, y así termino con este pequeño capítulo.

En el centro de la trama se encuentra una fundación llamada Violeta Barrios de Chamorro, ex presidenta de la derecha nicaragüense, que dirige su hija Cristiana Chamorro y que sirvió de eje para la redistribución de este dinero. La fundación ha sido utilizada para redistribuir más de 14 millones de dólares, por lo que si se observa en qué se han utilizado esos dólares desde 2009, la USAID ha dado unos 10 millones a los medios de comunicación de la oposición. Imaginemos lo que pasaría en nuestro país si de repente descubrieramos que Le Monde Diplomatique está siendo financiado subrepticiamente bajo la mesa por Rusia, Irán o Corea del Norte. Sabiendo, además, que no sólo es Estados Unidos, ya que la Fundación Violeta Barrios de Chamorro también se beneficia de la colaboración de, por ejemplo, la Cooperación Española, la fundación recibió más de 800.000 euros, es decir, más de un millón de dólares de la agencia de cooperación española, así que con eso quiero decir que se financió un cierto número de medios que nombraré rápidamente, ya que en Francia no los conocemos, La Prensa es el buque insignia de la derecha nicaragüense desde hace mucho tiempo, y vuelvo al mundo financiado por las potencias extranjeras, y luego Radio Corporación, Voz con Café, las plataformas digitales, 100% Noticias, Artículo 76, Nicaragua Investiga, es decir, un montón de organizaciones.

Romain Migus: Entonces Maurice, la Asamblea nicaragüense aprobó varias leyes: la ley 1040 sobre agentes extranjeros, la ley 1042 sobre el ciberodio y la ley 1055 sobre la Soberanía de Nicaragua. Así que estas leyes han sido muy controvertidas, ha habido consecuencias, sobre todo judiciales, y esto ha sido la punta de lanza de toda esta campaña mediática que podemos ver hoy en los medios de comunicación europeos, en los medios de comunicación franceses, en los medios de comunicación occidentales en general, salvo que nadie nos dice que hay en estas leyes...

Maurice Lemoine: estas leyes son la consecuencia de lo que acabo de decir hace un momento, es decir, después de la crisis de 2018 que fue devastadora para Nicaragua, incluyendo las consecuencias económicas, el gobierno sandinista tomó una serie de medidas, que pasaron por la Asamblea Nacional, donde la mayoría la tiene el partido sandinista.. Así, de hecho, el 15 de octubre de 2020, la Asamblea aprobó la ley 1040, conocida como la "ley de regulación de agentes extranjeros", esta ley no prohíbe a las ONG, pero las obliga a rendir cuentas de todo el financiamiento extranjero especificando la identidad del autorizador, el monto de los fondos recibidos, el propósito de las donaciones y una descripción de cómo se gastó el dinero, información que obviamente debe corresponder con los estados contables y financieros. Por eso, con esta ley se quiere saber quién financia qué y para qué.

Estamos en un país soberano, estamos en un país que se protege a sí mismo. La Ley 1042 de ciberdelincuencia, quiero decir que es un clásico, incluso por las polémicas que puede desencadenar, porque incluso en nuestro país, permite perseguir y castigar la difamación, las amenazas, los atentados a la integridad física de niños y mujeres, la usurpación de identidad, la piratería informática, el espionaje informático, y también a los que difunden información falsa, robo de identidad, hacking, espionaje informático, y también los que difunden información falsa, por lo que incluso en nuestro país hay grandes debates sobre hasta dónde llega el control de internet, en qué punto quiero decir que tenemos una ley liberticida que prohibiría la información. Así que aquí estamos en un mundo clásico, pero al mismo tiempo es difícil reprochar a Nicaragua que persiga y castigue la difamación, las amenazas de agresión, la integración física, etc.

Y luego, el 21 de diciembre de 2020, la Asamblea también aprobó la Ley 1055, y cito su título exacto: "Defensa de los derechos del pueblo a la independencia, la soberanía y la autodeterminación para la paz", y esta ley, por supuesto, hay que recordar lo que dije al principio, establece que "no podrá presentarse a las elecciones generales quien pida apoyo y se acoja a la imposición de sanciones al Estado de Nicaragua", También queda excluido de las elecciones generales quien fomente o financie un golpe de Estado, quien atente contra el orden constitucional, quien incite a la injerencia extranjera, o participe con financiación externa en actos de terrorismo y desestabilización", es el tema del escándalo internacional que pone a Nicaragua en el banquillo de los acusados.

Romain Migus: Maurice ¿Son estas leyes la especificidad de una dictadura o se encuentran en otros países?

Maurice Lemoine: Es una buena pregunta. Le agradezco que me haya hecho esta pregunta. No es complicado y ni siquiera hace falta ser periodista. Sólo hay que investigar un poco en internet, sobre todo en la legislación de Estados Unidos. En Estados Unidos, en contra de lo que se cree, hay muchas ONG nacionales y extranjeras, y a veces son financiadas sin límites ni restricciones por gobiernos y partidos políticos extranjeros, y aquí es donde salimos del estereotipo de que Estados Unidos prohíbe, no, no, sino con una condición, que esas ONG nacionales o extranjeras se registren como agentes extranjeros.

Tiene exactamente la misma redacción que la ley que se acaba de aprobar en Nicaragua. Estas ONG, pueden registrarse en el Ministerio de Justicia, tienen que presentar declaraciones de impuestos, y tienen que cumplir con la legislación en virtud de lo que se llama la Ley de Registro de Agentes Extranjeros (FARA), y FARA requiere que las personas que actúan como agentes extranjeros o principales, y "periódicamente revelar al público su relación con el principal extranjero, así como las actividades de los ingresos, los desembolsos de dichas actividades" es el objetivo principal de la ley FARA, y promover la transparencia con respecto a la influencia extranjera en los Estados Unidos, es permitir que el público estadounidense y sus legisladores conozcan la fuente de cierta información destinada a influir en la opinión pública, la política y las leyes de los Estados Unidos, facilitando así una evaluación informada de esa información por parte del gobierno y el pueblo estadounidense, es decir, en efecto, estamos exactamente en la misma configuración que la ley nicaragüense.

Romain Migus: entonces vemos una hipocresía, ya que todos los medios de comunicación deberían atacar normalmente a los Estados Unidos ya que tienen la misma ley.

Maurice Lemoine: Obviamente, especialmente desde que los Estados Unidos están imponiendo, sanciones a Nicaragua; y la oposición de derecha nicaragüense, que en realidad son alrededor de veinte personas últimamente arrestadas, de esto hablaré más tarde, son personas que están pidiendo la intervención estadounidense incluyendo militares, que están pidiendo sanciones, y si nos fijamos en la ley FARA, en los Estados Unidos, hay dentro de la División de Seguridad Nacional del Departamento de Justicia, la unidad FARA que es responsable de la administración, y de la aplicación, y para ello identifican las violaciones, por lo que supervisan, revisan los registros buscando deficiencias e inspeccionan los libros, y los registros de los declarantes y el incumplimiento intencional de la FARA, da lugar a una pena de prisión de hasta 5 años de prisión y luego una multa de hasta 250 mil dólares o ambos.

Romain Migus: La Ley 1055 se inspira de hecho en una ley que se votó bajo el mandato de Violeta Chamorro, así que bajo la musa de la derecha nicaragüense, es un poco paradójico ¿no?

Maurice Lemoine: si claro, y es curioso si obviamente no tuvo consecuencias gravísimas, ya que hubo una guerra no convencional contra Nicaragua pero efectivamente la ley votada en los 80 bajo la presidencia del estado de Chamorro, dice exactamente lo mismo, así que no es nuevo; incluso los que hoy en Nicaragua denuncian la ley votada por los sandinistas son los que votaron la de Chamorro que es la misma. Pero incluso en nuestro país y en la Unión Europea, estamos preocupados por los mismos asuntos, en Francia hay una secretaría general de la defensa y seguridad nacional SGDSN y su Director Stéphane Bouillon anunció en junio de 2021 que se creará a principios de septiembre, dentro de dos meses, un servicio con competencia nacional encargado de rastrear la injerencia extranjera en el ámbito de la información que es exactamente lo que ocurre en Nicaragua, a nivel del parlamento europeo se creará una comisión especial sobre la injerencia extranjera. El título exacto, que es un poco exagerado, es Comité Especial sobre la injerencia extranjera en todos los procesos democráticos de la Unión Europea, incluida la desinformación.

El objetivo de esta comisión es evaluar el nivel de las amenazas, ya sean campañas de desinformación, financiación de partidos políticos o campañas o injerencias del Estado. Estamos realmente en el caso de lo que está sucediendo en Nicaragua, Venezuela, Bolivia, Ecuador, casi en todas partes en América Latina y esta comisión, por lo que tomó las formulaciones de la Unión Europea, tendrá que examinar la transparencia de la financiación de los partidos y las campañas, verificar las acciones y las normas nacionales. Y también influencias externas a través de empresas, ONG o tecnologías. Así que, en realidad, lo que estamos denunciando en Nicaragua son leyes que se consideran bastante normales en otros lugares, aunque pueda haber discusiones sobre los límites del control de la ciberseguridad. 

Romain Migus: Maurice, ¿por qué hubo detenciones? ¿Y los detenidos son realmente todos candidatos contra Daniel Ortega en las próximas elecciones de noviembre?

Maurice Lemoine: No, por supuesto que no, así que las personas que fueron detenidas, sólo puedo dar algunos nombres. Obviamente, si quienes nos escuchan no son especialistas en política nicaragüense, no les dirá mucho. Está Cristiana Chamorro, a quien presentamos como la principal rival de Daniel Ortega, por lo que se declaró candidata a la presidencia, pero aún no estamos ahí porque la derecha sigue imaginando primarias, es como en Francia. Hay que precisar además que la derecha nicaragüense está completamente dividida. Es un bazar imposible. Es una de las razones por las que es incapaz de enfrentarse a los sandinistas. Y que las encuestas, que miramos con cautela, dan todas como ganador a Daniel Ortega el próximo 7 de noviembre.

Romain Migus : En su mayoría sí

Maurice Lemoine: Efectivamente, en las personas que han sido detenidas, específico que no son arrojadas a la fosa. Están bajo arresto domiciliario o bajo detención preventiva durante el tiempo que dure la investigación y, sobre todo, para evitar una huida al extranjero. Pero luego tenemos a Cristiana Chamorro, a Juan Sebastián Chamorro, tenemos a Pedro Joaquín Chamorro, es toda la familia Chamorro, es la oligarquía nicaragüense que ha tenido varios presidentes conservadores en el pasado al frente de Nicaragua y que consideran que Nicaragua es básicamente su propiedad privada.

Ahí está Miguel Mora, un tipo que dirigía el canal de televisión 100% Noticias, que pidió públicamente una intervención militar como en 1989 en Panamá, cuando Estados Unidos secuestró a Manuel Noriega. Los detenidos son verdaderamente candidatos a la presidencia.

Así que se les investiga porque han pedido públicamente medidas coercitivas contra la economía nicaragüense, como sanciones económicas por decirlo de forma más sencilla. Porque el gobierno sandinista considera que en 2018 conspiraron para cometer actos terroristas y que han creado una estructura fraudulenta de ONG para el blanqueo de fondos multimillonarios procedentes del extranjero, lo que constituye una intervención política.

Hay que decir que cuando presenté lo de la transferencia de dinero de USAID, la NED, etc., parte del dinero obviamente se evaporó y fue a parar a cuentas personales. Así que el gobierno sandinista simplemente está investigando todo esto.

Romain Migus : También hay acusaciones de blanqueo de dinero.

Maurice Lemoine: Así es, se trata de una situación de blanqueo de dinero.

Por ejemplo, cuando se aprobó la ley de ONG, Cristiana Chamorro cerró inmediatamente su fundación. Inmediatamente significa no tener que responder ante la ley.

También es una de las razones por las que está bajo arresto domiciliario. Se negó a someterse a la ley, fue citada, se negó a responder a las preguntas, y cerró su fundación.

Los nicaragüenses también son capaces de investigar como cualquier otro país del mundo. Descubrimos, por ejemplo, y estoy usando el sentido condicional aquí porque no tengo acceso al archivo, así que tendremos cuidado. Pero en el momento en que cerró su fundación, había 7 millones de dólares en sus cuentas, lo que no está mal para una fundación. Y una vez que cerró esas cuentas, encontramos 17 millones de dólares en tres de sus cuentas personales. Efectivamente, hay una especie de vasos comunicantes que, desde el punto de vista de la justicia nicaragüense, merecen ser aclarados.

Romain Migus: Maurice, estás describiendo un mundo mafioso, ¿no es así? ¿Por qué una parte de la izquierda europea defiende con tanto ahínco a esta banda de sinvergüenzas?

Maurice Lemoine: Ah! Esto es una larga, larga historia, me dijiste que querías que hiciéramos algo corto. Es porque ni siquiera es un conflicto entre la derecha y la izquierda. La derecha es la derecha, así que por definición, el gobierno sandinista pertenece a la izquierda latinoamericana.

Se ha convertido en un conflicto dentro de las izquierdas que están en plena descomposición por el simple hecho de que entre sus oponentes a Daniel Ortega hay antiguos sandinistas. Es decir, el frente sandinista, después de perder las elecciones en 1990, hubo un gran debate ideológico dentro del frente sandinista.

Fue un período donde hubo la caída del Muro de Berlín, hubo un colapso del comunismo, así que hubo todo un contexto, el fin de las guerras y guerrillas en Centroamérica que terminaron con acuerdos de paz.

Hay una facción del frente sandinista de entonces, con antiguos comandantes, guerrilleros gloriosos, gente que fue valiente, que fueron verdaderos héroes, que de repente quieren que el frente sandinista se convierta en un partido socialdemócrata europeo.

Y por eso son sistemáticamente marginados. Entonces pasan a la oposición a Ortega, y esta oposición es, como en todas las historias de familia, se convierte en odio, se ha convertido en un odio para que poco a poco se vayan sobre una base socialdemócrata, y luego apoyaron a la derecha, y ahora prácticamente están apoyando a la extrema derecha.

Romain Migus: Así que los miembros del Movimiento Renovador Sandinista (MRS) ahora, finalmente transformados en UNAMOS, y en Florida donde se reunieron con lo peor de la administración Trump.

Maurice Lemoine: Y algunos de ellos fueron arrestados. Entonces, el fenómeno en relación con la pregunta que hiciste sobre la izquierda europea es que en los años gloriosos de la revolución, pero los años duros, hubo brigadas civiles de jóvenes europeos que fueron a Nicaragua en solidaridad, la izquierda radical, la izquierda revolucionaria. Y luego volvieron a Europa, retomaron sus vidas profesionales. Nicaragua se cuidó sola después de estos años de régimen neoliberal feroz que no vivieron estos jóvenes europeos.

El Frente Sandinista tiene la culpa aquí porque ha perdido el contacto. En cuanto a la comunicación, no ha podido mantener sus contactos con la Unión Europea. Y por otro lado, todos estos opositores sandinistas se han reciclado en las ONG y han mantenido una relación privilegiada con las ONG europeas, con las universidades europeas, y con los antiguos brigadistas.

Como resultado, ahora hay una batalla muy reñida, como he dicho, es un asunto de familia. Gente que se conocía bien, gente que era amiga, se está matando. Algunos en nombre del sandinismo, que dejaron hace tiempo, acusando a Daniel Ortega de dictador. Y luego los demás, de los que formó parte, pero no es por un sesgo ideológico, es simplemente por observar la situación.

No, Nicaragua no es una dictadura. No cuando se mira a Nicaragua en el contexto centroamericano. Es el país que mejor lo está haciendo. No hay que olvidar que está junto a Honduras, junto a El Salvador y junto a Guatemala. El Salvador y Honduras son las Maras, con una inseguridad y un narcotráfico endémicos. Nicaragua está a salvo de todo eso, pero no vamos a entrar en un análisis socioeconómico de Nicaragua. No es extraordinario, no, es un gobierno revolucionario, pero en términos del contexto regional, lo está haciendo mucho mejor que sus vecinos.

Si hablamos del conflicto de 2018, están las llamadas ONG de derechos humanos. Una de ellas, la ANPDH, financiada por la USAID y la NED, ha anunciado cifras absolutamente delirantes de muertos, 530 muertos, y esto ha sido recogido por La Croix, por Le Point y por todo el mundo.

Romain Migus: ¿Incluyendo en una petición firmada por algunos representantes de la izquierda?

Maurice Lemoine: Por gente que conocemos bien, desde el NPA hasta el Partido de la Izquierda pasando por la izquierda clásica y tradicional. Así que hay gente que no puede evitar firmar una petición para ser tentada. Eso lo hace importante. Pero no lo comprobarán, no mirarán más allá. Les gusta denunciar la terrible dictadura de Daniel Ortega, que recuerda las horas más oscuras de América Latina. Todo es falso, todo es falso.

Hubo 220 muertes, eso es suficiente.

Romain Migus: ¿Por qué es falso? Ha habido revelaciones, ¿verdad?

Maurice Lemoine: Hubo revelaciones precisamente porque la oficina de la ANPDH, en 2019, dio una conferencia de prensa en Managua, la pueden encontrar en Facebook, no es algo que me esté inventando. Dio una rueda de prensa para denunciar a su jefe, su director, Leiva. Se fue a Costa Rica, donde, por cierto, creó una ONG de derechos humanos que está operando ahora mismo. Se fue con 500 mil dólares, 100 mil de los cuales provenían de la NED, la Fundación Nueva Democracia, la cosa creada por Reagan. Y claro, dijeron todo, dijeron que en 2018 inflaron los números a propósito para conseguir más subvenciones de EEUU.

Romain Migus: Puedes ver este vídeo, está disponible en YouTube, es completamente sorprendente. Los chicos realmente muestran pruebas del dinero que recibieron y las instrucciones que recibieron.

Maurice Lemoine: Y entonces el problema no es decir que Daniel Ortega es perfecto. En el pasado ha hecho alianzas un poco extrañas con la iglesia y con los empresarios. Era un pragmático. Pero al mismo tiempo el resultado no es tan catastrófico. Hizo lo mismo que Lula. A menudo olvidamos que Lula es el mismo. En Brasil, Lula no se fue directamente en contra de los sectores económicos y los empresarios. Negoció con ellos, discutió. Les dijo 'escuchen, les dejaremos en paz, pero redistribuiremos, etc.

Romain Migus: Maurice, dijimos que la haríamos corta, obviamente no podemos hacerlo pero nos concentraremos. Una última pregunta: ¿por qué esta campaña mediática en este momento?

Maurice Lemoine: Así que dos preguntas. Estoy haciendo una respuesta a una pregunta que no has hecho pero, rápidamente, ¿por qué la "ola de represión" en este momento?

Simplemente porque hubo una amnistía en 2019. Y varias de las personas que hoy están encarceladas de nuevo fueron amnistiadas. Podemos hacer la pregunta pero por qué estamos amnistiados. Así que simplemente no es porque sea retroactivo, es porque desde la amnistía se esperaba que no volvieran a hacer lo mismo. Que no se pongan a pedir sanciones, a gastar su tiempo en ir a Washington a exigir una intervención militar, etc., etc.

Resulta que, dado que todo el mundo es consciente de que hay muchas posibilidades de que Daniel Ortega gane las elecciones en 2021, Estados Unidos ya ha hecho gestiones. Y ha puesto en marcha un programa llamado "Asistencia Responsable en Nicaragua" (RAIN). Es un programa que contempla, desde el 11 de agosto de 2020 hasta el 10 de febrero de 2022, la asignación de dos millones de dólares para llevar a cabo, ellos mismos, una transición ordenada del gobierno de Ortega a un gobierno que se comprometa a respetar el estado de derecho, etc.

Y el documento ni siquiera intenta ocultar su estrategia, ya que utiliza la expresión "régimen de transición" 102 veces. Esto es algo que hemos conocido y conocemos en Venezuela. Había una organización, una oficina de transición.

Y el gobierno nicaragüense ha aprobado las leyes y está persiguiendo a las personas que colaboran en esta nueva agresión prevista para Nicaragua antes, durante o después de las elecciones de noviembre. Porque sabemos, ya lo sabemos, lo hemos adivinado, que Estados Unidos no reconocerá los resultados de las elecciones de noviembre. Así que estas son las razones de lo que está sucediendo ahora.

Y la segunda pregunta, estabas ampliando el tema. Simplemente porque uno, la administración Biden no ha cambiado mucho en comparación a la era de Trump. Y sobre todo porque Estados Unidos, e incluso la derecha continental, está al límite. Porque en algunos aspectos no van bien. Muchos han anunciado un fin de ciclo. Ya no estamos ahí, ya no estamos ahí. México y Argentina están en el centro-izquierda. También son muy cautelosos con Nicaragua. La izquierda latinoamericana apoya a Nicaragua en general. ALBA, el Foro de San Pablo, Puebla, Manuel Zelaya, el presidente derrocado de Honduras. Así que México, Argentina, perdidos. Nicaragua, Venezuela, Cuba, resisten.

Y luego hay elecciones en Colombia muy pronto. Colombia, como sabemos, tiene una crisis terrible. Hay una gran posibilidad de que la derecha sea derrotada dada la forma en que han reprimido el movimiento social.

Así que hay una gran preocupación de que la derecha pueda perder el poder en Colombia. Está Brasil, con Lula que se perfila como candidato y, por tanto, como probable ganador frente a Bolsonaro. Ahí está Perú, donde Pedro Castillo es el líder.

Romain Migus: Debería ser nombrado la próxima semana.

Maurice Lemoine: Sobre todo porque si se mira toda América Latina, hay incluso incluyendo en El Salvador, Bukele, que está haciendo como un Macron salvadoreño que así ahora es el presidente y es más autoritario. Está en proceso de cabrear a los Estados Unidos, y les dijo que se ocuparan de sus propios asuntos.

Así que de aquí a final de año habrá una ofensiva por parte de Estados Unidos, como podemos ver con las visitas del jefe del Comando Sur (el Comando Militar Sur de Estados Unidos) a Colombia. Lo podemos ver con el jefe de la CIA viniendo a Colombia y viniendo a Brasil. No es para hablar del cultivo de fresas en Brasil.

 

Interview Deux Rives à Maurice Lemoine - Le Nicaragua au coeur d'une tempête de fake news

Romain Migus : Bonjour, bonjour en ce moment dans les Caraïbes c'est la saison des pluies, il y un cyclone qui s'apprête à passer au-dessus de Cuba, il pleut au Honduras mais c'est un véritable ouragan médiatique qui déferle sur un autre pays de l'Amérique centrale ; sur le Nicaragua.


Tous les médias peu importe où vous vous trouvez dans le monde sont en train de dénoncer une féroce dictature où l'on emprisonne les opposants, Ortega et dépeint, peu importe d'ailleurs la tendance du média qu'ils soient dits de gauche ou ouvertement néo libérale comme un féroce dictateur !


Il y a les élections au Nicaragua le 7 novembre prochain ; que se passe-t-il réellement au Nicaragua pour parler de ça, nous sommes avec Maurice Lemoine qui est journaliste spécialiste de l'Amérique Latine, ancien rédacteur en chef du Monde Diplomatique.


Romain Migus : Maurice, comment ça va ?
Maurice Lemoine : ça va


Romain Migus : mais c'est parfait, écoute ta voix est très discordante, tu viens d'écrire un article qui s'appelle « Vol d'hypocrites au-dessus du Nicaragua » où tu expliques un peu le contexte qu'est ce qui se passe en ce moment au Nicaragua, c’est article très touffu avec beaucoup de références, qui est parue sur le site Mémoire des luttes.


On recommande évidemment tout ce qui regarde cette vidéo d'aller lire l'article, c’est 'un article assez long, on va essayer là tout de suite maintenant d'expliquer des gens qui ne connaissent pas forcément le Nicaragua qu'est ce qui se passe au Nicaragua, et quel est le contexte politique qui a favorisé cette campagne médiatique ?


Maurice Lemoine : alors il faut revenir au fondamental qui est la relation du Nicaragua avec les États Unis, on se souvient que le Front Sandiniste de Libération Nationale en 1979 renverse la dictature de Somoza qui est soutenu par les États Unis va subir pendant une douzaine d'années une guerre féroce menée par les États Unis qui finance, qui organise, qui forment, ce qu'on appelle la contra. Quand en 90 les sandinistes perdent le pouvoir et le rends démocratiquement à la droite en la personne de Violeta de Chamorro et puis qu'en 2007 Daniel Ortega revient au pouvoir, et qui est au pouvoir depuis cette période et comme tu l'as dit il y aura des élections en novembre prochain.


Les sandinistes ont toujours été vu d'un très mauvais œil par Washington, on se souvient que lors de l'administration Trump, John Bolton, le Conseiller à la Sécurité Nationale avait défini la troïka de la tyrannie qui était Cuba, le Venezuela le Nicaragua, donc les États Unis que ce soit sous Reagan, sous Bush, sous tous les présidents qu'on a vus se suivre, et maintenant Trump et Biden mènent une guerre on va dire non conventionnelle contre le Nicaragua et le Venezuela.


Alors cette guerre non conventionnelle elle est moins spectaculaire et moins visible, on se rappelle ce qui se passait dans les années 80 où effectivement il y avait des bandes armées la contra qui attaqué depuis les frontières du Honduras et du Costa Rica le Nicaragua ; maintenant ça passe par d'autres biais, en particulier, par le financement de l'opposition nicaraguayenne, à travers ses fondations, à travers les ONG, à travers ses médias. Les principaux acteurs de cette guerre non conventionnelle, c'est l'agence des États unis pour le Développement International qui est connu sous le nom de USAID, la Nouvelle Fondation pour la Démocratie, la NED, qui a été créée en 1983 par Ronald Reagan pour se substituer à la CIA dans l'organisation des actions non armés, c'est à dire par d'agression; après tu as l'Institut National Démocrate et puis l'Institut Républicain International qui dépendent du Congrès des États unis, et puis toute une flopée d'organisations de think tanks etc., comme Fredon House comme l'Open society de George Soros etc. etc.


Quel est leur objectif ? C'est de créer, c'est de financer, c’est de former et c'est de contrôler et d'instrumentaliser les institutions d'un truc maintenant qu'elle est devenue mythique, qui est la société civile, c'est à dire, les syndicats, les partis, les institutions académiques ou professionnels d'ailleurs et puis surtout, la presse et les ONG.


Alors ça veut dire quoi, ça veut dire par exemple que sur le Nicaragua entre 2010 et 2020 l’USAID avait prévu de transférer à la droite la somme quand même assez faramineuses, quand on voit le petit pays qui est le Nicaragua, de 68 millions de dollars, pour discréditer le gouvernement, aussi bien d'ailleurs en interne qu'à' l’étranger. Tout le temps on trouve des mécanismes que l' on connaît bien, quand on travaille sur le Venezuela, tu le sais comme moi ou sur l'Équateur ou sur la Bolivie, ça a pour but donc, de discréditer le gouvernement, de former des nouveaux leaders, et puis de créer une on va dire une masse critique d'opposants et puis alors ils se retrouvent complètement par hasard, il y a eu en 2018, une crise très grave au Nicaragua, avec plusieurs mois d'affrontements qui ont fait 220 morts, et donc tout à fait par hasard, deux ans avant le soulèvement spontané de 2018 l’USAID a rajouté huit millions de dollars ce qui fait qu'on a une contribution totale de l'USAID de 76 millions de dollars pour déstabiliser le Nicaragua, et je termine sur ce petit chapitre, au cœur du dispositif il y a une fondation qui s'appelle la Fondation Violeta Barrios de Chamorro qui est l'ancienne présidente de droite du Nicaragua, qui est dirigé par sa fille Cristiana Chamorro et qui a servi de plaque tournante pour la redistribution d'une partie de ce pactole. La fondation a servi à redistribuer plus de 14 millions de dollars, alors si on regarde à quoi servent ces dollars depuis 2009 l’USAID à destinées de l'ordre de 10 millions de dollars aux médias de l'opposition. Imaginons un peu ce qui se passerait chez nous si d'un seul coup on découvrait que le Monde Diplomatique était financé subrepticement sous la table par la Russie, par l'Iran ou par la Corée du Nord. Sachant par ailleurs que y'a pas que les États Unis, puisque la Fondation Violeta Barrios de Chamorro bénéficie aussi de la collaboration par exemple de la Coopération espagnole, la fondation alors a reçu plus de 800 mille euros, ça fait plus d'un million de dollars de l'agence espagnole de coopération, alors avec ça je veux dire on a arrosé un certain nombre de médias que je vais citer rapidement puisqu'on les connaît pas ici, mais qui s'appelle Confidentiel, qui s'appelle La Prensa et alors La Prensa si quand même parce que La Prensa de droit, c’est le vaisseau amiral de la droite Nicaraguayenne depuis des années, depuis très longtemps, là je reviens sur le monde qui serait financé par des puissances étrangères, et puis Radio corporación, Voz con café, les plateformes digitales, 100% Noticias, Artículo 76, Nicaragua Investiga, c’est à dire une foultitude d'organisations.


Romain Migus : alors Maurice, le parlement nicaraguayen a fait passer plusieurs lois il y a quelque temps : la loi 1040 sur les agents étrangers, la loi 1042 sur la cyber haine et la loi 1055 sur la Souveraineté du Nicaragua. Alors ces lois ont été très polémiques, il y a eu des conséquences notamment judiciaires et ça a été le fer de lance de toute cette campagne médiatique qu’on peut voir aujourd'hui dans les médias européens, dans les médias français, dans les médias occidentaux en général, sauf que personne ne nous dit qu'il y a dans ces lois ?


Maurice Lemoine : voilà ses lois sont la conséquence de ce que je viens de dire à l'instant, c'est à dire que à la suite de la crise de 2018 qui a été dévastatrice pour le Nicaragua y compris les conséquences économiques, le gouvernement sandiniste a pris un certain nombre de mesures, qu'ils ont passés par l'assemblée nationale, comme les sandinistes sont la majorité. Alors, effectivement, le 15 octobre 2020 l’assemblée approuve la loi 1040, dite “loi de régulation des agents étrangers”, cette loi n’interdit pas les ONG, mais il exige d'elle qu'elle rende compte de tout financement étranger en précisant l'identité de leurs l'ordonnateur, le montant des fonds reçus, l'objet des dons, et une description de la manière dont l'argent a été dépensé, information qui évidemment doivent correspondre avec les états comptables et financiers. Donc, avec cette loi on veut savoir qui finance quoi, et à quoi ça sert.


On est dans un pays souverain, on est dans un pays qui se protège. La loi 1042 sur les cyber délit, je veux dire là c'est classique y compris d'ailleurs avec les polémiques que ça peut déclencher parce que même chez nous, ça permet de poursuivre et de sanctionner la diffamation, les menaces, les atteintes à l'intégrité physique des enfants, des femmes, le vol d'identité, le piratage, l'espionnage informatique, et aussi ceux qui diffusent de fausses informations, donc même chez nous il y a des grands débats pour savoir jusqu'où va le contrôle d'internet à partir de quel moment je veux dire on a une loi liberticide qui baionnerai l'information. Bon donc là on est dans un monde classique, mais en même temps on peut difficilement reprocher au Nicaragua de poursuivre et de sanctionner la diffamation, les menaces d'attentat, l’intégration physique etc. et puis le 21 décembre 2020, l’assemblée a approuvé aussi la loi 1055 donc je cite son titre exact “défense des droits du peuple à l'indépendance, la souveraineté, et l'autodétermination pour la paix” et cette loi évidemment il faut avoir en mémoire ce que j'ai dit sur quoi nous avons démarré, elle établit que “toute personne qui demande soutien et salue l'imposition de sanctions à l'état du Nicaragua ne pourra pas se présenter aux élections générales, est également exclu des élections générales, toute personne qui fomentent, ou qui finance un coup d'état, qui porte atteinte à l'ordre constitutionnel, qui incite à l'ingérence étrangère, ou participent avec des financements extérieurs à des actes de terrorisme, et de déstabilisation” voilà l'objet du scandale international qui met le Nicaragua au banc des accusés.


Romain Migus : Maurice ¿est ce que ces lois sont le propre d'une dictature ou est ce qu'on les trouve dans d'autres pays ?


Maurice Lemoine : ça c'est une bonne question. Je vous remercie de me l'avoir posée, il suffit d'aller d'aller voir et ce n’est pas compliqué et même pas besoin d'être journaliste. Il faut faire une petite recherche sur internet en particulier la législation aux États Unis. Les États Unis contrairement d'ailleurs à l'idée reçue, elle abrite de nombreuses ONG nationales ou étrangères et qu'ils sont parfois financés sans limites ni restrictions tant par des gouvernements, partis politiques étrangers, ça c'est là pour le coup on sort d'une idée reçue ou les États Unis interdiraient, non, non, non, mais à une condition, que ces ONG nationales ou étrangères, s’enregistrent en tant qu’agents étrangers. Elle a exactement la même formulation que la loi qui vient de passer au Nicaragua. Ces ONG, peuvent s'enregistrer auprès du Ministère de la justice, elles doivent remplir des déclarations fiscales, et elles doivent se conformer à la législation prévue par ce qu'on appelle le Foreign Agents Registration Act (FARA), et le FARA exigent que les personnes qui agissent en tant qu’agent ou mandant étranger, et “divulgue périodiquement au public leurs relations avec le mandant étrangers, ainsi que les activités des recettes, les déboursements de ces activités” est l'objectif principal de la loi FARA, et de promouvoir la transparence en ce qui concerne l'influence étrangère aux États Unis, est de permettre que le public américain et ces législateurs connaissent la source de certaines informations destinées à influencer l'opinion publique, la politique, et les lois des États Unis, facilitant ainsi une évaluation éclairé de ces informations par le gouvernement et le peuple américain, c'est à dire qu'en réalité on est exactement dans la même configuration la loi nicaraguayenne.


Romain Migus: là on voit une hypocrisie, puisque tous les médias devraient normalement attaquer les États unis puisqu'ils ont la même loi.

Maurice Lemoine: évidemment d'autant que les États unis imposent, des sanctions au Nicaragua et que l'opposition de droite Nicaraguayenne, tous les gens qui effectivement une vingtaine ont été arrêtés ces derniers temps on en reparlera après sont des gens qui appellent à une intervention américaine y compris militaires, qui appelle à des sanctions, et si on regarde la loi FARA, aux États unis, il y a au sein de la division de la sécurité nationale du Département de la Justice, l'unité FARA qui est responsable de l'administration, et de l'application de la législation, et pour ce faire elle identifie les violations, donc elle surveille, elle examine les dossiers pour détecter les lacunes et elle inspecte les livres comptables, et des registres des déclarants et un non-respect délibéré de FARA, entraîne d'une peine de prison qui peut atteindre 5 ans de prison et puis une amende qui peut aller jusqu'à 250 mille dollars ou les deux.


Romain Migus : La loi 1055 elle s'inspire en fait d'une loi qui avait été voté sous Violeta Chamorro, donc sous l'égérie de la droite Nicaraguayenne, c'est un peu paradoxal non ?


Maurice Lemoine : oui bien sûr, et c'est drôle si évidemment ça n'avait pas des conséquences extrêmement graves, puisque là il y a eu une guerre non conventionnelle contre le Nicaragua mais effectivement la loi votée dans les années 80 sous la présidence de l'état de Chamorro, disent exactement la même chose donc ce n’est pas nouveau ; y compris ceux qui au Nicaragua aujourd'hui dénonce la loi votée par les sandinistes sont ceux qui ont fait voter celle de Chamorro qui est la même. Mais même chez nous avons là alors on à l'Union européenne et donc la France je veux dire on est concerné par les mêmes affaires, il y a en France un secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale SGDSN et son directeur Stéphane Bouillon il a annoncé en juin 2021 que va être mis sur pied à la rentrée de septembre, dans deux mois, un service à compétence nationale chargée de traquer les ingérences étrangères dans le domaine de l'information c'est à dire exactement ce qui se passe au Nicaragua vous avez niveau du parlement européen une commission spéciale sur l'ingérence étrangère. Le titre exact, qui un peu à rallonge, Commissions Spéciales sur l’ingérence étrangère dans l'ensemble des processus démocratiques de l'union européenne ait compris la désinformation. L'objectif de cette commission c'est d'évaluer le niveau des menaces qu'il s'agisse des campagnes de désinformation du financement des partis ou campagnes politiques ou de l'état qui brident. Nous sommes vraiment dans le cas de figure de ce qui se passe au Nicaragua, au Venezuela, en Bolivie, en Équateur, un peu partout en Amérique Latine et cette commission donc je reprends le les formulations de l'union européenne elle devra examiner la transparence du financement des partis et des campagnes, vérifier les actions et les règles nationales. Ainsi que les influences extérieures à travers des entreprises, des ONG ou des technologies. Donc en réalité ce qu'on est en train dénoncer sur le Nicaragua ce sont des lois qui sont considérés comme tout à fait normal ailleurs même y compris effectivement s'il peut y avoir des discussions sur les limites du contrôle à la cyber sécurité ça c'est un débat qui est un débat maintenant quasiment à l'échelle mondiale.


Romain Migus : Maurice pourquoi il y a eu des arrestations et est-ce que les personnes arrêtées étaient vraiment toutes candidates contre Daniel Ortega aux prochaines élections de novembre ?


Maurice Lemoine : Non bien sûr, alors les personnes qui ont été arrêtés, moi je ne peux donner que quelques noms. Bien évidemment si ceux qui nous écoutent ne sont pas spécialistes de la politique du Nicaragua ça ne va pas leur dire grand-chose. Il y a Cristiana Chamorro que nous avons présentée comme la principale rivale de Daniel Ortega, alors elle s'est déclarée candidate à la présidence, mais on n'en est pas encore là puisque la droite en est encore à imaginer des primaires, c'est comme en France. Il faut préciser par ailleurs que la droite Nicaraguayenne est complètement complètement divisée c'est un bazar pas possible, c’est une des raisons pour lesquelles elle est incapable d'affronter les sandinistes. Et que les sondages, qu'on regarde avec prudence, donnent tous Daniel Ortega vainqueur le 7 novembre prochain.


Romain Migus : Largement oui


Maurice Lemoine : En effet, dans les gens qui ont été arrêtés, je précise que ce n'est pas jeté dans la fosse. Ils sont soit en assignation à résidence, soit en détention préventive le temps de procéder à l’enquête et surtout pour éviter une fuite à l'étranger. Mais donc on Cristiana Chamorro, Juan Sebastian Chamorro, on a Pedro Joaquin Chamorro, tout ça c’est la famille Chamorro, c’est l'oligarchie Nicaraguayenne qui a eu plusieurs présidents conservateurs dans le passé à la tête du Nicaragua et qui considèrent grosso modo que le Nicaragua sa propriété privée.


Il y a Miguel Mora qui est un type qui qui dirigeait la chaîne de télévision 100% Noticias, qui a réclamé publiquement une intervention militaire du style 1989 au panama où les États Unis ont enlevé Manuel Noriega. Donc tous les gens qui sont arrêtés actuellement ne sont pas candidats à la présidence.


Alors ils font l'objet d'une enquête en réalité parce qu'ils ont appelé publiquement à des mesures coercitives contre l'économie du Nicaragua, des sanctions économiques pour parler plus simplement, parce en 2018 le gouvernement sandiniste considèrent qu'ils ont conspiré pour commettre des actes terroristes et qu'ils ont créé une structure frauduleuse d’ONG à but non lucratif pour le blanchiment de fonds de plusieurs millions de dollars provenant de l'étranger, ce qui constitue une intervention politique.
Il faut dire d'ailleurs que quand j'ai présenté le transfert d'argent de la USAID, de le NED etc. Il y a une partie des sommes qui évidemment se sont évaporés qui sont allés tomber dans les poches personnelles. Donc le gouvernement sandiniste est en train tout simplement d'enquêter sur tout ça.

Romain Migus : Il y a des accusations de blanchiment d'argent aussi.


Maurice Lemoine : C'est vrai, voilà c'est une situation de blanchiment d'argent.


Par exemple, lorsque est passé la loi sur les ONG Cristiana Chamorro a immédiatement fermé sa fondation. Immédiatement, ça veut dire pour pas avoir à répondre devant la loi.

C'est aussi une des raisons pour lesquelles elle est assigné à résidence. Elle a refusé de se soumettre à la loi, elle a été convoquée, elle a refusé de répondre aux questions, et à la ferme et sa fondation.

Sauf qu’évidemment, les Nicaraguayens sont aussi capables de d'investiguer ou d'enquêter comme n'importe quel pays du monde. On a découvert par exemple, et là je le mets au conditionnel parce que je n’ai pas accès au dossier, donc on va être prudent. Mais au moment où elle a fermé sa fondation il y avait sept millions de dollars sur des comptes, c'est quand même pas mal pour une fondation. Et, une fois qu'elle avait fermé ces comptes, on a retrouvé 17 millions de dollars sur trois de ses comptes personnels. Là, effectivement il y a des espèces de vases communicants qui du point de vue justice Nicaraguayenne mérite éclaircissements.

Romain Migus : Maurice, tu nous décris quand même, un monde un peu mafieux non ? une bande de fripouille ? Pourquoi cette bande de fripouille et si ardemment défendue par une partie de la gauche européenne ?

Maurice Lemoine : A, alors ça c'est une longue une longue histoire, tu m’avais dit que tu voulais qu'on fasse quelque chose de cours, ça ne va pas marcher. C'est parce que c'est même plus un conflit entre la droite et la gauche. La droite est la droite, donc par définition le gouvernement sandiniste appartient la gauche latino-américaine.

S’est devenue un conflit au sein des gauches qui sont en pleine décomposition tout simplement parce que au sein de ses opposants à Daniel Ortega figurent d'ancien sandinistes. C'est à dire que le front sandiniste, après avoir perdu les élections en 1990, il y a eu un grand débat idéologique au sein du front sandiniste.

C'était une période terrible parce qu'il y a la chute du mur de Berlin, il y a un effondrement du communisme, donc il y a tout un contexte, la fin des guerres et des guérillas en Amérique centrale qui s’est terminent avec des accords de paix.

Il y a une faction du front sandiniste à l'époque, avec des anciens commandant, de guérilleros glorieux, des gens qui ont été courageux, qui ont été des vrais héros, qui d'un seul coup souhaite que le front sandiniste devienne un parti social-démocrate européenne.

Et donc ils sont mis en minorité systématiquement. Donc ils passent à l'opposition à Ortega, et cette opposition c'est, comme dans toutes les histoires de famille, ça devient de la haine, c’est devenu une haine de sorte que petit à petit ils sont partis sur une base sociale-démocrate, et puis ils ont appuyé la droite, et maintenant ils appuient quasiment l'extrême droite.

Romain Migus : Donc les membres du Mouvement de Rénovation Sandiniste (MRS) maintenant, enfin transformé en UNAMOS, et en Floride où ils se sont réunis avec les pires de l'administration Trump.

Maurice Lemoine : Et certains d'entre eux ont été arrêtés. Alors là, le phénomène par rapport à la question que tu posais est sur la gauche européenne c’est que dans les années glorieuses de la révolution, mais les années dures, il y a eu des brigades civiles des jeunes européens qui sont allés au Nicaragua par solidarité, donc la gauche radicale, la gauche révolutionnaire. Et puis ils sont revenus en Europe, ils ont repris leur carrière. Le Nicaragua allait se débrouiller tout seule après avec ces années de régime néolibéral féroce que ces jeunes européens n’ont pas vécu.

Et là, il y a une faute du front sandiniste car il a perdu le contact. En matière de communication il n'a pas été capable de continuer à préserver ses contacts avec l'union européenne. Et en revanche tous ces opposants sandinistes se sont recyclés dans les ONG des organisations non gouvernementales et elles ont conservé un rapport privilégié avec les ONG européennes, avec les universités européennes, et avec les anciens brigadistes.

De sorte qu’aujourd’hui, effectivement, il y a une bataille très dure, je l’ai dit, c'est une histoire de famille. Des gens qui se connaissaient bien, des gens qui étaient amis, sont en train de s'étriper. Les uns au nom du sandinisme qu'ils ont quittée y a bien longtemps accusant Daniel Ortega d'être un dictateur. Et puis les autres donc dont je fais partie, mais ce n'est pas par un parti pris idéologique, c’est simplement en observant la situation. Non, le Nicaragua n'est pas une dictature. Non quand on regarde le Nicaragua dans le contexte centraméricain. C'est le pays qui s'en sort le mieux. Il ne faut quand même pas oublier qu'il est à côté du Honduras, qu'il est à côté du Salvador, qu’il est à côte est du Guatemala. Le Salvador et le Honduras c'est les Maras, avec une insécurité endémique, c’est le narco trafique. Le Nicaragua est à l'abri tout ça, mais on ne va pas rentrer dans une analyse socioéconomique du Nicaragua. Ce n’est pas extraordinaire, c'est plus un gouvernement révolutionnaire mais par rapport au contexte régional ils s'en tirent beaucoup mieux que ses voisins.

Et donc effectivement maintenant, les gens qui sont encore capables de dire ‘écoutez, observons les choses’.

Si on parle du conflit de 2018, il y a les ONG dites de défense des droits de l'homme. On en a une qui est l’ANPDH qui, financée par le USAID, financé par la NED, a annoncé des chiffres absolument délirant de morts, 530 morts, et ça a été repris chez nous par La Croix, ça a été repris par le point, ça a été repris par tout le monde.

Romain Migus : Y compris dans une pétition signée par certains représentants de la gauche ?

Maurice Lemoine : Par gens qu'on connaît bien, qui vont du NPA au Partie de Gauche en passant par la gauche classique et traditionnelle. Alors, il y a de gens ne que peuvent pas s’empêcher de signer une pétition de qu’on leur tente. Cela rend important. Mais ils ne vont pas vérifie, ils ne vont pas regarder. Cela leur plaisait bien de dénoncer la terrible dictature de Daniel Ortega qui rappelle les heures les plus sombres l'Amérique latine. Et puis tout ça c'est bidon tout ça c'est bidon.

Il y a eu 220 morts, c'est suffisant.

Romain Migus : Pourquoi c’est bidon ? Il y a eu de révélations, non ?

Maurice Lemoine : Il y a eu des révélations précisément parce que le bureau de l’ANPDH, en 2019, a organisé une conférence de presse à Managua, on peut la trouver sur Facebook, pas ce n’est pas un truc que je suis en train d'inventer. Elle a fait une conférence de presse, alors elle a dénoncé son patron, son directeur, Leiva. Il s'est tiré au Costa Rica où d'ailleurs il a monté une ONG de défense des droits de l'homme qui fonctionne en ce moment. Il est parti avec 500 mille dollars, dont 100 mille dollars de la NED, la Nouvelle Fondation pour la Démocratie, le truc créé par Reagan. Et évidemment ils ont tout balancé et, ils ont dit qu'en 2018 ils avaient gonflé volontairement les chiffres pour recevoir davantage de subventions des États-Unis.

Romain Migus : On peut aller regarder cette vidéo, elle est disponible sur YouTube, c'est complètement ahurissant. Les types sortent en fait les preuves des sommes qu'ils ont reçu et des consignes aussi qu'ils ont reçu.

Maurice Lemoine : Et donc le problème ce n'est pas de dire que Daniel Ortega est parfait. Il a passé des alliances parfois un peu bizarres au passé avec l'église, avec le patronat. Cela a été un pragmatique. Mais en même temps le résultat n’est pas si catastrophique que ça. Il a fait comme Lula. On oublie souvent mais Lula c'est pareil. Au brésil il n'est pas rentré frontalement dans la tête des secteurs économiques et du patronat. Il a négocié avec eux, il a discuté. Il a dit ‘écoutez, on vous fout la paix mais on redistribue etc.

Romain Migus : Maurice on avait dit qu'on ferait court, évidemment on est incapable de le faire mais on va concentrer. Une dernière question : pourquoi cette campagne médiatique en ce moment ?

Maurice Lemoine : Alors deux questions. Je fais une réponse à une question que tu n'as pas posé mais, rapidement, pourquoi cette « vague de répression » en ce moment ?

Tout simplement parce qu’il y a eu une amnistie en 2019. Et un certain nombre des gens qui sont ré emprisonné aujourd'hui étaient amnistiés. On peut se poser la question mais pourquoi on est amnistié. Alors tout bêtement ce n'est pas parce que c'est rétroactif, c'est parce que depuis l’amnistie il était prévu qu'ils ne recommencent pas la même chose. Qu'il ne recommence pas à demander des sanctions, à passer leur temps à aller à Washington pour réclamer une intervention militaire etc. etc.

Or il se trouve que, compte tenu du fait que tout le monde est conscient qu'il y a quand même de fortes chances que Daniel Ortega gagne les élections en 2021, les États Unis ont déjà pris leurs dispositions. Et ils ont mis en place un programme qui s'appelle « Responsive Assistance in Nicaragua » (RAIN). C'est un programme qui prévoit, du 11 août 2020 au 10 février 2022, l'assignation de deux millions de dollars pour réaliser, eux même, une transition ordonnée du gouvernement d’Ortega vers un gouvernement qui s'engage à respecter l’état de droit etc.

Et le document ne cherche même pas à dissimuler sa stratégie puisqu'il utilise 102 fois l'expression « régime de transition ». C'est un truc qu'on a connu et qu'on connaît au Venezuela. Il y a eu un organisme, un bureau de la transition.

Et là le gouvernement Nicaraguayen a fait passer les lois et maintenant poursuit les gens qui sont les collaborateurs de cette nouvelle agression à prévoir sur le Nicaragua avant, pendant ou après l'élection de novembre prochain. Parce qu'on sait on le sait déjà, on l'a deviné, que les États Unis ne reconnaîtront pas le résultat des élections en novembre. Donc voilà les raisons de ce qui se passe en ce moment.

Et la deuxième question, tu élargissais le sujet. Tout simplement parce qu’un, l'administration Biden n’a pas changé grand-chose par rapport à ce qui était Trump. Et surtout parce que les États-Unis, et même y compris les droites continentales, sont sur les dents. Parce que d'une certaine manière ça ne va pas bien. Beaucoup ont annoncé une fin de cycle. On en est plus là, on en est plus là. Le Mexique et l'Argentine sont au centre gauche. Ils sont d'ailleurs très prudents par rapport au Nicaragua. La gauche latino-américaine appuie le Nicaragua de manière générale. L’ALBA, le Forum de San Paolo, de Puebla, Manuel Zelaya, le président renversé de le Honduras. Donc Mexique, Argentina, perdus. Nicaragua, Venezuela, Cuba, ça résiste.

Et puis arrive des élections en Colombie très prochainement. La Colombie, ont le on le, a une crise terrible. Il y a de fortes possibilités, encore on va être prudent, que la droite soit battue compte tenu de la manière dont ils ont réprimé le mouvement social.

Donc il y a une grosse inquiétude sur le fait que la droite puisse perdre le pouvoir en Colombie. Il y a le brésil, avec Lula qui se profilent comme candidat et donc comme vraisemblable vainqueur de Bolsonaro. Il y a le Pérou où Pedro Castillo est en tête.

Romain Migus : Il devrait être nommé normalement la semaine prochaine.

Maurice Lemoine : D’autant que si on regarde l'ensemble de l’Amérique latine, il y a même y compris au Salvador, Bukele, qui fait comme un Macron salvadorien qui donc maintenant est le président et qui est plus autoritaire. Il est en train d'envoyer valser les États-Unis, et il les a dit d’aller s’occuper de leurs affaires.

Donc il va y avoir d'ici la fin d'année une offensive des États-Unis, on le voit avec les visites du patron du Southern Commande (le Commande du Sud Militaire des État Unis) en Colombie. On le voit là avec le patron de la CIA qui vient en Colombie et qui vient au Brésil. Ce n'est pas pour parler de la culture des fraises au fond du Brésil.